François de Laval

Évêque visionnaire, audacieux, bâtisseur et … saint !

François de Laval
et Vincent de Paul
On le retrouve partout !

Il ne suffit pas d’aimer Dieu


Dans la première moitié du 17e siècle, un grand courant religieux issu de la Réforme catholique secoue la France. Les Pierre de Bérulle, Charles de Condres, Vincent de Paul, Jean-Jacques Olier, Jean Eudes, Louis-Marie Grignion de Montfort et parfois Bossuet ont alimenté une réflexion de ce que certains appellent l'École française de spiritualité.


Ce courant religieux met l'accent sur le mystère de l'Incarnation et de l’incidence qu’il doit avoir dans la vie du croyant auprès de ses pairs. La charité devient agissante. De là, une recherche de sainteté à la portée de tous si l’on se consacre à faire le bien, à pratriquer les bonnes œuvres, à secourir les misérables, à fonder toutes sortes d’institutions de charité, d’éducation ou de santé. En son parfait accomplissement, Vincent de Paul fut un exemple remarquable.

L’homme de conscience


Vincent de Paul prend conscience de l'extrême dénuement dans lequel vit une grande partie de la population de France. Mais il comprend également que l'aide qu'il veut apporter se doit d'être organisée pour être efficace à grande échelle. Sous ses appels répétés et ses efforts, la France se couvrira d'un vaste réseau de "Charité". Quel que soit le lieu où elle s'exerce, la charité s'adresse à tous: malades de tous âges, handicapés physiques, enfants abandonnés, défavorisés et prisonniers.


Vincent assiste Louis XIII dans ses derniers moments en 1643. Un peu plus tard, il est nommé au « Conseil de Conscience » (Conseil de Régence pour les affaires ecclésiastiques) par la régente Anne d'Autriche. À ce titre, il n’est certainement pas étranger à la nomination de Mgr de Laval comme vicaire apostolique de la Nouvelle-France.


Il fut béatifié par Benoît XII le 12 août 1729 et canonisé par Clément XII le 17 juin 1737. Mgr de Laval contribua d’ailleurs à cette reconnaissance.

Hommage de Mgr de Laval


Nous, François de Laval, ancien évêque de Québec, à qui on a demandé un témoignage absolument certain et authentique sur M. Vincent de Paul, prêtre, qui a fondé la Congrégation de la Mission, maintenant décédé, ayant remarqué en sa personne et en ses mœurs ce qui touche la piété, déclarons que cela nous est un grand honneur et une joie : nous savons qu’il était homme d’une piété éminente ; que nous l’avons fréquenté quelquefois; que nous l’avons pris comme protecteur et conseiller, en des affaires traitées au « Conseil de Conscience » par des hommes que la Reine régente avait choisis et auquel il prenait part; que nous avons vu sa constance ferme et admirable à s’opposer aux desseins contraires à la justice de (Mazarin) Ministre du Royaume de France.


L’évêque Abelly,remarquable par sa piété et sa doctrine, qui a publié la vie de M. Vincent et avec qui il lié d’une intime amitié a bien mis en relief ses vertus en sorte qu’il nous est facile de les avoir en mémoire. Cet auteur illustre a montré l’humilité chrétienne de M. Vincent; sa douceur singulière pleine d’attention et d’amour; son immense charité; sa force d’âme invincible; son incroyable patience au milieu de grandes calamités; sa paix profonde troublée par aucune épreuve; son égalité d’âme stable et très constante; tout cela nous l’avons remarqué quand nous l’avons entendu parler ou vu entreprendre, agir ou soutenir des œuvres. Sa seule présence suffisait à soustraire les esprits aux affaires profanes et à les orienter vers les biens célestes et remplir de pieux sentiments ceux qui le voyaient. Toutes ses paroles étaient telles qu’elles inspiraient l’amour de la vertu à ses auditeurs. Ses actions répandaient partout la bonne odeur du Christ qu’il inspirait lui-même. De tout ce que nous avons expérimenté chaque fois que la Providence nous a mis en contact avec ce saint prêtre, nous voulons rendre témoignage fermement et avec une très grande joie.


Donné à Québec, le 8 novembre 1702, avec notre signature et celle de notre secrétaire et sous notre sceau.


François, ancien évêque de Québec.


(Altera nova positio p. 617-618, texte latin traduit par le père Georges-Albert Boissinot, r.s.v.)


Sources : Gilles Bureau, François de Laval, premier évêque de Québec

Vincent de Paul (1581-1660)


“Deux âmes dignes l’une de l’autre”

Chapelle Bienheureux-François-de-Laval

De Laval, Molière, Descartes et les autres

Domaine Maizerets

François de Laval à l’Hôtel du parlement de Québec

François de Laval et l’Immaculée-Conception

François de Laval et le doigt de sainte Anne

François de Laval et le Séminaire de Québec

François de Laval et Michel Sarrazin

François de Laval et Vincent de Paul

François de Laval, enfant de la patrie

François de Laval, meunier

François de Laval, un homme timbré ?

François de Sales et le Séminaire de Québec

François et le Patro Laval

François et le Rocher-Percé

François et le Sacrifice d’Abraham

François et ses successeurs

Habitudes et inventions du temps de François

Ville Laval