François de Laval

Évêque visionnaire, audacieux, bâtisseur et … saint !

François de Laval
et le Séminaire de Québec
On le retrouve partout !

Le Séminaire missionnaire


Le Séminaire de Québec est une communauté de prêtres qui a été fondée le 26 mars 1663 par Mgr de Laval dans le but initial de préparer des jeunes au sacerdoce et d’assurer le ministère paroissial.

L'esprit que François de Laval a voulu donner à cette institution est tout à fait original. Sans considérer ses prêtres comme des religieux, Mgr de Laval tenait à ce que les prêtres de son diocèse, bien qu'appartenant au clergé diocésain, soient marqués d'un esprit missionnaire.


Tous les prêtres séculiers furent invités à mettre en commun leurs revenus et à s’agréger au Séminaire, qui en retour, s’engageait à subvenir à leurs besoins, en santé comme en maladie. Cette façon de faire avait l'avantage de s'adapter aux conditions de pauvreté des fidèles et des communautés paroissiales de l'époque, et elle tenait compte de l'immensité d'un territoire qui risquait d'isoler d'autant plus les prêtres, et de les mettre en danger de bien des manières.


Ainsi, les prêtres se rendaient dans les paroisses aussi éloignées soient-elles, mais pour qu'ils ne soient pas laissés seuls et qu'ils puissent toujours bénéficier d'un support et d'un soutien fraternels tangibles, ils étaient rattachés à la communauté du Séminaire. Ils trouvaient ainsi en la résidence principale du Séminaire, une maison, comme un chez-soi où demeurait l'évêque et où ils pouvaient être accueillis à leur retour de mission, et un lieu où ils pouvaient se reposer et se motiver.


Pendant tout le Régime français, le Séminaire de Québec ne recula devant rien pour envoyer et maintenir ses prêtres aux avant-postes de l’apostolat missionnaire en Acadie, dans la vallée du Mississippi jusqu’au Golfe du Mexique.

Le Séminaire de Québec

Le Séminaire éducateur


Pour imprégner les futurs prêtres d’un esprit missionnaire, Mgr de Laval remettait leur formation entre les mains de la communauté des prêtres du Séminaire, mission dont l’institution s’acquitte encore depuis.


Au cours de l’année 1668, Mgr de Laval voulut encore confier au Séminaire de Québec la direction de deux nouvelles entreprises : le Petit Séminaire ainsi qu’une autre école dédiée aux enfants qu’attiraient davantage les travaux manuels à Saint-Joachim (la Grande Ferme).


Au lendemain de la Conquête anglaise, la suppression du Collège des Jésuites obligea le Séminaire à prendre la relève. Les premières classes du Petit Séminaire furent inaugurées en 1765. Depuis cette date, le Séminaire s’est voué à la cause de l’éducation. Au milieu du XIXe siècle, le Séminaire comptait 14 prêtres, 30 séminaristes et 380 élèves. Les externes ne payaient que 4 $ par an pour le bois de chauffage. Autrement, l’enseignement était gratuit pour tous. Cet enseignement était d’excellente qualité grâce à de remarquables professeurs comme les abbés Jérôme Demers, Louis-Jacques Casault, Jean Holmes, Edward-John Horan ( futur évêque de Kingston), et Elzéar-Alexandre Taschereau, qui deviendra le premier cardinal canadien.


Le Séminaire grand développeur


Dans leur histoire récente, les prêtres du Séminaire de Québec, en 1970, confiaient l'Université Laval à une nouvelle entité corporative et, en 1987, ils faisaient la même chose avec le Petit Séminaire de Québec (qui a pour nom, depuis mars 2011, Collège François-de Laval).


En 1977, ils prenaient en charge la Maison François-de Laval, centre de vocation; le Service de la formation continue des prêtres, des diacres et des agentes et agents de pastorale laïques du diocèse de Québec (1984); l’animation pastorale catholique à l'Université Laval (2006); ils s'associaient à l'archevêque de Québec en 2008 pour la fondation d'un petit séminaire diocésain dans l'esprit de celui de 1668. En 2011, le Séminaire inaugurait la Maison diocésaine pour y recevoir des prêtres en congé, en vacances ou entre deux nominations pour des séjours variant entre 24 heures, plusieurs semaines, voire quelques mois.

En 1852, à la demande de l’épiscopat de la province du Bas-Canada, le Séminaire fonde la première université catholique et française en Amérique du Nord, qu’il a soutenue longtemps seul : l’Université Laval.

Pas moins de 25 000 étudiants sont passés par les œuvres du Séminaire de Québec au cours de son existence. Il aura été l’Alma Mater de plusieurs ministres et autres hommes influents, dont 3 cardinaux et 69 archevêques et évêques.

Site du Séminaire de Québec

Chapelle Bienheureux-François-de-Laval

De Laval, Molière, Descartes et les autres

Domaine Maizerets

François de Laval à l’Hôtel du parlement de Québec

François de Laval et l’Immaculée-Conception

François de Laval et le doigt de sainte Anne

François de Laval et le Séminaire de Québec

François de Laval et Michel Sarrazin

François de Laval et Vincent de Paul

François de Laval, enfant de la patrie

François de Laval, meunier

François de Laval, un homme timbré ?

François de Sales et le Séminaire de Québec

François et le Patro Laval

François et le Rocher-Percé

François et le Sacrifice d’Abraham

François et ses successeurs

Habitudes et inventions du temps de François

Ville Laval