François de Laval

Évêque visionnaire, audacieux, bâtisseur et … saint !

Ses pensées

Il nous faut mettre toute notre confiance et notre force en Dieu…  Il faut se laisser conduire par la Providence.


Il est bien juste… que nous ne vivions que de la vie du pur abandon en tout ce qui  nous regarde au-dedans comme au- dehors.


Soyez tous persuadés qu’étant envoyés pour travailler à la conversion du monde, vous avez l’emploi le plus important qui soit dans l’Église, ce qui vous oblige à être de dignes instruments de Dieu.


L’Esprit de Dieu demande un cœur paisible, recueilli et non pas un cœur inquiet et dissipé.  Il faut un visage joyeux et modeste, il faut éviter les railleries et les ris déréglés et généralement tout ce qui est contraire à une sainte et joyeuse modestie.  Que votre modestie soit connue de tous les hommes. (ANP 215)


C’est au grand Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers en sa vigne, toute notre industrie humaine et nos soins empressés n’avancent point l’oeuvre du Bon Dieu.


Qu’ils (les missionnaires) se souviennent que la semence de la parole de Dieu porte ses fruits dans la patience.


Mais au milieu de toutes ces agitations, nous ne devons pas nous abattre; si les hommes ont du pouvoir pour détruire, la main de Notre-Seigneur est infiniment plus puissante pour édifier.  Nous n’avons qu’à lui être fidèles et le laisser faire.


Souvent, une parole d’aigreur, une impatience, un visage rebutant, détruiront en un moment ce que l’on avait fait en un long temps.

N’avoir rien dans notre vie et dans nos mœurs qui paraisse démentir ce que nous disons.


Il y a longtemps que Dieu me fait la grâce de regarder tout ce qui m’arrive en cette vie comme un effet de sa Providence.


Je prie Notre-Seigneur et sa sainte Mère que tout le pays reconnaisse cette grâce et que les intérêts de Dieu seul soient à l’avenir leur seul intérêt.


Il faut se faire aimer par sa douceur, sa patience et sa charité.


Tout ce que la main de Dieu fait nous sert admirablement, quoique nous n’en voyions pas sitôt les effets. Il y a bien des années que la Providence conduit cette Église, et nous par conséquent, par des voies fort pénibles et crucifiantes tant pour le spirituel que pour le temporel. Pourvu que sa sainte volonté soit faite, il ne nous importe. Il me semble que c’est toute ma paix, mon bonheur en cette vie que de ne (vouloir) point d’autre paradis. C’est le royaume qui est au-dedans de l’ âme qui fait notre centre et notre tout. Priez-le bien, sa sainte Mère, son saint Époux. (ANP 207)


Nous ne devons point avoir d’autre centre que le bon plaisir de Notre-Seigneur.


Qu’ils (les missionnaires) tâchent d’éviter deux extrémités qui sont à craindre en ceux qui s’appliquent à la conversion des âmes : de trop espérer ou de trop désespérer.  Ceux qui espèrent trop, sont souvent les premiers à désespérer de tout à la vue des grandes difficultés qui se trouvent dans l’entreprise de la conversion des infidèles, qui est plutôt l’ouvrage de Dieu que l’industrie des hommes. Qu’ils se souviennent que la semence de la parole de Dieu porte son fruit dans la patience.  Ceux qui n’ont pas cette patience sont en danger, après avoir jeté beaucoup de feu au commencement, de perdre enfin courage et de quitter l’entreprise.  (ANP 214)





Recueil d’extraits de différentes lettres et documents écrits par François de Laval

François de Laval

Son histoire

Ses pensées

Ses armoiries

Sa canonisation

Les éphémérides

Des témoignages

Il est partout !

Documentation

Notre mission

Nos services

Service aux écoles

Service aux paroisses

Conférences et groupes

Nos services Pour prier François de Laval

Partagez une intention de prière

Prières d’intercession

Prière de canonisation

Célébrer au tombeau

Célébrations spéciales


Boutique Nous joindre

Photo: Daniel Abel