François de Laval

Évêque visionnaire, audacieux, bâtisseur et … saint !

Éphémérides

octobre


Octobre 1700

Mgr de Saint-Vallier est fait prisonnier par les Anglais, sans pouvoir revenir avant la paix d'Utrecht en 1713. En son absence, Mgr de Laval reprend du service jusqu’à son décès en 1708.


1er octobre 1674

Publication de la bulle d’érection du diocèse de Québec et nomination de Mgr de Laval comme évêque de Québec.


1er octobre 1705

Deuxième incendie du Séminaire de Québec. Le bâtiment du Petit Séminaire est intact, Mgr de Laval et la communauté y logeront. Les réparations dureront jusqu’en 1713.

3 octobre 1951

L’Université Laval adopte de nouvelles armoiries, soit celles de Mgr François de Laval dont on a interverti les couleurs.


7 octobre1671

Après 12 années de discussions, Mgr de Laval reconnaît officiellement la communauté des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph à Montréal.


8 octobre 1678

Approbation de la Confrérie de Sainte-Anne par Mgr de Laval après avoir modifié plusieurs règles. Elle était présente en Nouvelle-France depuis 1657 et conçue initialement comme une confrérie de métiers, principalement de menuisiers qui s’en remettaient à la protection de sainte Anne. En Nouvelle-France, les principales confréries sont les suivantes (date de fondation) : la Confrérie de la Sainte-Famille (1664), la confrérie du Rosaire (1656), la confrérie du Scapulaire (1656), la confrérie du Sacré-Coeur (1716), la Confrérie de Sainte-Anne (1657), la confrérie de l’Adoration du Saint-Sacrement et de la Bonne Mort appelée tout simplement la Bonne Mort (1732).


9 octobre 1668

Le Petit Séminaire dédié à l’Enfant Jésus et fondé dans la même année, ouvre ses portes à sept jeunes Français et six jeunes Hurons : Pierre et Claude Volant, frères jumeaux, Michel Poulin, Pierre Pèlerin, Jean Pinguet, Paul Vachon, J.B. Hasley, Joseph Haondecheté, Joseph Honhateron, Joseph Hande8atiri, Joseph Dok8chiandes, Jean A8trou8tret et Nicolas Arsaretta. « Tâchons d’élever autant de pauvres enfants que nous pourrons », disait-il à ses prêtres du Séminaire. « S’ils ne font pas tous des gens d’Église, ils deviendront des chefs de famille distingués par leur piété ».


Le Petit Séminaire était à ses débuts un lieu d’hébergement et un milieu de vie, les classes se donnant au Collège des Jésuites, situé à proximité. Il porte aujourd’hui le nom de Collège François-de-Laval.


10 octobre 1663

Le mandement qui créait le Séminaire de Québec, enregistré à Québec, établissait en même temps la dîme au Canada. Mgr de Laval la fixa au treizième, mesure que le roi approuva. Malheureusement, le prélat crut bon, un mois plus tard, d’y faire exception pour les paroissiens de Québec, qu’il dispensait de payer la dîme pour l’année 1663, tout en la portant, pour eux seuls, au vingtième pendant les six années suivantes. Aussitôt, dans toutes les parties de la colonie, l’on se mit à espérer pareil allégements; en attendant, on refusa de subvenir aux besoins du clergé. Mgr de Laval étendit d’abord à tout le pays le privilège accordé à la paroisse de Québec, puis fixa la dîme au vingtième pour la durée de sa vie, et enfin retarda jusqu’en 1665 le paiement obligatoire de la dîme. Celle-ci, néanmoins, resta impayée jusqu’en 1667, alors que, le 23 août, M. de Tracy la fixa au vingt-sixième pour 20 ans, et au vingtième par la suite. Bon gré mal gré, les colons se conformèrent à ces dispositions, plutôt que d’être traînés en justice. En 1707, la dîme fut fixée définitivement au vingt-sixième. En toute cette affaire, Mgr de Laval se montra accommodant et compréhensif.


12 octobre 2014

Messe d’action de grâce présidée par le pape François en la basilique Saint-Pierre pour célébrer la déclaration reconnaissant la sainteté de Mgr François de Laval et de Mère Marie de l’Incarnation en présence du cardinal Gérald Cyprien Lacorix, archevêque de Québec et de plus de 130 pèlerins du Québec.


16 au 23 octobre 1690

Siège de Québec par les Anglais dirigés par Phipps. le Séminaire accueille des familles de Québec dans les voûtes pour les protéger des bombardements.

Suite à la capture de Port-Royal, les britanniques tentèrent de prendre la ville de Québec. Lorsque l’amiral Phipps invita Frontenac à se rendre, le gouverneur français lui aurait répondu « La seule réponse que je ferai à votre général viendra de la bouche de mes canons et du feu de mes mousquets.» Le contingent colonial britannique se retira après un combat et à l’arrivée d’un hiver particulièrement précoce en cette année. L’on changea une première fois le nom de la petite église érigée en 1688 par Mgr de Laval sur l’emplacement de l’Abitation de Champlain, Notre-Dame-de-la-Victoire en reconnaissance de la protection accordée par la Vierge à la ville de Québec.


18 octobre 1684

Lettre de Mgr de Laval au gouverneur La Barre « Il rétablira les Récollets dans l’exercice de leurs fonctions à la condition qu’ils obéissent et qu’ils abattent le clocher qu’ils ont fait poser sur leur hospice à la haute-ville, sans sa permission. »


18 octobre 1685

Édit de Fontainebleau, révoquant l’édit de Nantes de Henri IV de 1598 qui reconnaissait des droits aux protestants de France.


20 octobre 1681

Retour de Mgr de Laval au Conseil souverain suite à une maladie dite dangereuse qui l’a éloigné de son siège depuis plusieurs mois.


20 octobre 1686

Un dimanche , deuxième incendie du couvent des Ursulines qui rase tout le bâtiment. Les ursulines se réfugient dans la petite maison de Mme de la Peltrie, Lieu actuel du musée des Ursulines. Elles étaient 13 religieuses et quelques pensionnaires à se partager deux étages, de 30 pieds par 20 pieds, et ce, pendant presque 2 ans.


23 octobre 1690

Mgr de Laval fait l’acquisition de terres à Château-Richer.


24 octobre 1646

Catherine de Longpré prend l’habit religieux et s’appellera désormais Marie-Catherine de Saint-Augustin. Le père Ragueneau, à la demande de François de Laval, écrira La vie de la sœur Catherine de Saint-Augustin.


24 octobre 2010

Célébration de l’installation officielle de la nouvelle paroisse en France sous le vocable du Bienheureux François de Laval en Thymerais, issue des trois anciennes paroisses de Châteauneuf, Brezolles et Maillebois dans le diocèse de Chartres.


28 octobre 1599

Naissance de Marie Guyart (Marie de l’Incarnation) à Tours. Religieuse le 25 janvier 1633, elle arrive à Québec 20 ans avant Mgr de Laval. Elle décède à Québec le 30 avril 1672. Elle fonde le couvent des Ursulines qui accueillera l’évêque et les premiers prêtres pendant deux ans dans les locaux de cours des étudiantes externes.

Dans les premières années de son séjour à Québec, François de Laval habite successivement chez les Jésuites, à l’Hôtel-Dieu et chez les Ursulines puisqu’aucun logement n’est prévu pour lui. Au printemps 1662, l’évêque achète une maison à la haute-ville.


29 octobre 1684

Un grand ami de François de Laval, François Pallu, meurt à Mo-Yang au Vietnam.


30 octobre 1678

François de Laval signe les actes d’érection de quatorze paroisses.


31 octobre 1689

Mgr de Laval donne « aux habitans de la paroisse deNostre Dame du Chasteau Richer (…) environ un arpent de terre (en superficie)sur lequel est de présent construict l’esglise parroissialle, cimmetier, avec une petittemaison construicte pour un presbitter servant de petittes escolles, leditemplacement joignant la court et jardin de la maison seigneurialle dudit Beaupré ».


Mgr de Laval se réservait « un chemin libre pour aller et venir en laditte maison seigneurialle  » et le tout était donné « sans aucunes redevances ny autres droicts seigneuriaux à la réserve de six deniers de cens » payables chaque année par les marguilliers à la Saint-Martin (11 novembre). (Gariépy 1969 p. 17)


Recevez l’éphéméride du jour sur :

janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre