François de Laval

Évêque visionnaire, audacieux, bâtisseur et … saint !

François de Laval,
meunier ?

Ou comment attirer des cultivateurs de France…


On le retrouve partout !

Le premier moulin à farine en Amérique

Mgr de Laval fait construire le Moulin du Petit Pré qui deviendra le premier et le plus ancien moulin à farine commercial en Amérique du Nord.

Le monde est petit…

Les banalités sont des installations que le seigneur est dans l'obligation d'entretenir et de mettre à disposition de tout habitant de la seigneurie. Les habitants ne peuvent utiliser que ces installations seigneuriales, payantes. Ces droits, théoriquement abolis en 1789, ne le seront effectivement qu'en 1793.

Pour son projet, Mgr de Laval achètera en 1668 la terre de Jean Jolliet, le père de Louis Jolliet, découvreur du Mississippi.

Cinq ans à peine après son arrivée à Québec, François de Laval fait l'achat de la seigneurie de Beaupré en 1664. Déjà à ce moment, il existait un moulin à vent et un moulin à eau pour suffire aux besoins de la population.


En 1695, il fait construire le Moulin du Petit Pré. C’est la naissance du moulin industriel en Amérique du Nord.


À cette époque, Château-Richer était le centre administratif de la Seigneurie de Beaupré: on y concédait des terres, on y recevait les cens et rentes et on y exerçait la justice. Vers 1655, Château-Richer verra la construction d’un moulin à vent.


Sous l’impulsion de Mgr de Laval, plusieurs institutions voient le jour sur la Côte-de-Beaupré. En 1680, on construit un moulin au Sault-à-la-Puce, le moulin du Petit Pré, une première école pour les filles en 1693, puis une école de latin vers 1702. On lui a longtemps attribué la construction du moulin du Crochet à l’île Jésus qui a plutôt été construit en 1804 par le Séminaire de Québec (René St-Germain de la SHGIJ).


La création de fermes, dont la Petite ferme, la Grande ferme et la ferme des Graves viennent s'ajouter aux autres propriétés, permettant ainsi une grande autonomie à cette région sans cesse en évolution.

Ce moulin à farine qui utilise une grande roue à godets pour entraîner les meules de pierre, fut construit en 1695 par Mgr François de  Laval.


Aujourd’hui restauré, le moulin continue à moudre le grain comme nos ancêtres le faisaient, en plus de vous offrir plusieurs autres services dans un décor champêtre. Lien du site sur l’image

Droit de banalité

Le blé constituait la base de l'alimentation des premiers habitants. Il fallait pouvoir moudre tous les grains cultivés. Que le moulin soit un moulin à vent ou un moulin à eau, le seigneur avait le monopole du moulin à farine par son droit de banalité. Tous les censitaires étaient tenus de porter à ce moulin la totalité de leurs grains à moudre. Selon Trudel (1963), il y avait 13 moulins à farine (dont neuf moulins à vent) dans la vallée du Saint-Laurent en 1663. Plus d’informations sur ce lien.

L’agriculture en Nouvelle-France

Le nom  Sault-à-la-Puce apparaît en 1640 pour désigner une petite rivière aux eaux vives de Château-Richer. Un moulin y est construit vers 1657. Mgr François de Laval se portera acquéreur du Sault-à-la-Puce et y construira, en 1680, un moulin banal. Il les lègue au Séminaire de Québec qui en demeure propriétaire jusqu’en 1856.

Moulin Sault-à-la-Puce

Moulin du Crochet, île Jésus

Chapelle Bienheureux-François-de-Laval

De Laval, Molière, Descartes et les autres

Domaine Maizerets

François de Laval à l’Hôtel du parlement de Québec

François de Laval et l’Immaculée-Conception

François de Laval et le doigt de sainte Anne

François de Laval et le Séminaire de Québec

François de Laval et Michel Sarrazin

François de Laval et Vincent de Paul

François de Laval, enfant de la patrie

François de Laval, meunier

François de Laval, un homme timbré ?

François de Sales et le Séminaire de Québec

François et le Patro Laval

François et le Rocher-Percé

François et le Sacrifice d’Abraham

François et ses successeurs

Habitudes et inventions du temps de François

Ville Laval